Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Rapport ThreatMetrix sur la cybercriminalité : La menace des cyberattaques automatisées augmente

ThreatMetrix, une  » End-to-End » plateforme pour les identités numériques, a présenté hier son rapport sur la cybercriminalité pour le second semestre 2018. Le rapport démontre une hausse de l’utilisation de logiciels malveillants automatisés par les fraudeurs, connus sous le nom de bots, pour voler les données des clients et détourner des fonds.

Le rapport est basé sur 17 milliards de transactions numériques processées au sein du ThreatMetrix® Digital Identity Network® au cours du second semestre 2018, dont 61 % des transactions numériques proviennent d’un appareil mobile. 244 millions de cyberattaques sont d’origine humaine, alors que le nombre d’attaques de bots automatisés s’élève à 3 milliards – un écart considérable que ThreatMetrix attribue aux techniques d’attaque de plus en plus sophistiquées des cybercriminels.

Les créations de nouveaux comptes ont toujours le taux d’attaque le plus élevé, avec environ 1 nouveau compte sur 8 rejeté comme frauduleux. Selon le rapport sur la cybercriminalité, l’industrie des médias, qui comprend les réseaux sociaux, la diffusion de contenu en streaming, les jeux de hasard et de pari en ligne, continue d’enregistrer le plus fort nombre d’attaques de création de nouveaux comptes parmi toutes les industries.

« Les fraudeurs sont des maîtres de la manipulation, avec des tactiques en constante évolution », a déclaré Carine Cartaud, directrice fraud & identity management strategy, EMEA, LexisNexis Risk Solutions. « Ils adaptent leurs schémas d’attaque aux nouvelles circonstances et sont constamment à la recherche de failles.

« Les entreprises doivent être en mesure de rassembler l’intelligence de l’identité numérique par utilisateur. Les écarts par rapport au comportement des clients peuvent ainsi être identifiés en temps quasi réel – et le temps est un facteur crucial dans la lutte contre la cybercriminalité. »

Le secteur des services financiers en particulier souffre d’une augmentation des cyberattaques. Par rapport au premier semestre 2018, les usurpations de comptes sur les appareils mobiles ont augmenté de 107%, notamment aux Etats-Unis, au Canada et au Brésil. L’une des raisons est la tendance croissante de la fonction de paiement sur mobile. En effet, dans le monde, 61 % des transactions traitées par ThreatMetrix ont été effectuées via un smartphone ou une tablette.

Les Fintechs sont également concernées. Selon le rapport, 8,8 % des cyberattaques dans l’industrie de la Fintech sont dues au vol d’identité. Dans le secteur des services financiers, cependant, le vol de données personnelles n’a représenté que 4,2 % de toutes les cyberattaques.

« Les mesures de cybersécurité dans le secteur financier se sont considérablement améliorées ces dernières années, mais ce n’est pas tout « , déclare Mme Cartaud. « Les nouvelles technologies, telles que celles conçues pour tromper les clients et les amener à révéler des renseignements personnels, pousse l’industrie financière à rester sur ses gardes. Au lieu de simplement répondre à de nouvelles menaces, les banques et les institutions financières doivent réétudier leurs priorités et, pro-activement, prendre des mesures pour garder une longueur d’avance sur les cybercriminels ».

Source:: Global Security Mag

Text Widget

Aliquam ut tellus ligula. Nam blandit massa nec neque rutrum a euismod t ellus ultricies! Phasellus nulla tellus, fringilla quis tristique ornare, condi mentum non erat. Aliquam congue or nare varius.