Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Pénurie des talents et nouvelles exigences du marché : Infosys présente sa dernière étude « Infosys Talent Radar 2019 »

-

Infosys Knowledge Institute (IKI) dévoile une nouvelle étude intitulée  » Infosys Talent Radar 2019 ». Ce rapport met en lumière plusieurs observations intéressantes, notamment sur la pénurie de talents, les qualifications de plus en plus recherchées, l’importance croissante des compétences généralistes, ainsi que les entraves à la transformation des collaborateurs dans les entreprises mondiales.

Pourquoi la demande de compétences numériques est-elle si forte ?

Selon l’étude, bien que pratiquement toutes les grandes entreprises poursuivent des initiatives de transformation numérique, la numérisation de l’entreprise suppose moins de perturbation que des objectifs ciblés, notamment une meilleure compréhension des clients et des marchés (pour 46 % des répondants), l’expérience client (45 %), une productivité accrue (40 %) et l’expérience des employés (35 %).

Quelles sont les compétences les plus demandées ?

Les initiatives numériques requièrent des personnes possédant des compétences et connaissances techniques avancées, ainsi que l’habilité de constamment mettre à jour ces compétences sur toute une période donnée. Les cinq compétences techniques les plus demandées aujourd’hui sont l’analyse (67 % des initiatives numériques), l’expérience utilisateur (67 %), l’automatisation (61 %), l’architecture informatique (59 %) et l’intelligence artificielle (58 %).
Les projets numériques se concentrent sur la création d’une expérience client et collaborateur supérieure. Les  » soft skills » sont ainsi devenus aussi importantes que les  » hard skills » — compétences techniques. Les experts les plus recherchés sont les personnes pouvant travailler en équipe (74 % des initiatives numériques), ayant le sens du leadership (70 %) et qui ont la capacité de communiquer (68 %). Cependant, nos répondants semblent sous-estimer l’importance relative de deux compétences générales : l’empathie (52 %), essentielle à la conception, et la volonté d’apprentissage (56 %), essentielle au développement personnel et technique continu, essentiel aux talents d’aujourd’hui.
Tant pour les  » soft et hard skills », les profils les plus difficiles à trouver et les qualités les plus demandées sont l’analyse, la communication et l’adaptabilité. Toutefois, les compétences dont les entreprises ont le plus besoin varient selon l’industrie et les types d’initiatives numériques qu’elles mettent en œuvre.

Répondre aux besoins en talents — Talent Readiness Index (Indice de préparation des talents)

Les initiatives numériques nécessitent des compétences qui peuvent et vont évoluer. Les processus et la culture de l’entreprise déterminent la capacité à recruter des talents. Infosys a analysé cinq domaines clés pour déterminer dans quelle mesure les entreprises interrogées pouvaient répondre à leurs besoins en talents : planification, recrutement, formation, incitations et lieu de travail.

À partir de leurs réponses dans chacun de ces cinq domaines, Infosys a élaboré un  » Talent Readiness Index ». L’équipe de recherche a trié les entreprises en fonction de leur note indicielle et trois catégories distinctes ont émergé : les suiveurs, les challengers et les leaders.

Les suiveurs disposent de peu de moyens pour développer les talents et ne mesurent pas leurs résultats ou leur efficacité.
Même si les challengers investissent massivement dans la formation, ils s’appuient toujours sur des sources traditionnelles pour acquérir de nouveaux talents.
Les leaders bâtissent une culture d’apprentissage sur le long terme et l’utilisent pour garder les meilleurs talents.

En quoi les leaders se distinguent-ils ?

Ils entreprennent plusieurs approches et initiatives pour les talents, non seulement pour répondre aux besoins actuels, mais aussi pour être bien préparés à la prochaine génération.
Ils sont pionniers sur les programmes de formation et dans l’inculcation d’une tradition d’apprentissage sur le long terme.
Ils possèdent des processus de recrutement plus stricts et ne font aucun compromis sur les profils embauchés ; cependant, ils sont également ouverts aux méthodes de recrutements moins traditionnelles.
Ils œuvrent activement en faveur de lieux de travail plus flexibles et numériques.

Les entraves à la transformation des talents

Infosys a examiné deux points de vue sur les entraves qui empêchent une adéquation suffisante entre l’offre et la demande de talents : les obstacles tangibles et intangibles.

Parmi les obstacles tangibles, le manque de budget représente la principale entrave à la réaffectation des efforts, suivi des problèmes organisationnels, du manque de considération et du soutien de la direction, ainsi que des plans de gestion des talents qui s’avèrent être inadéquats.

Parmi les obstacles intangibles, la capacité d’apprentissage a été négligée dans le processus d’embauche, et elle limite l’énorme potentiel de la requalification comme avantage concurrentiel pour les entreprises qui y adhèrent. Le fait de sous-estimer la volonté d’apprentissage limite le potentiel d’autres initiatives relatives aux talents.

Quelles sont les démarches à entreprendre ?

Quatre approches peuvent aider les entreprises à se préparer à répondre aux besoins actuels et futurs en matière de talents ressortent de l’étude. Pour chacune d’entre elles, des catégories de leaders et de suiveurs ont été désignées pour décrire les bonnes pratiques et les recommandations concrètes.

Élargir le champ d’action des nouveaux employés ;

Réhabiliter et redéployer les talents internes ;

Mobiliser des free-lance et adopter un modèle économique du travail plus stratégique ;

Aligner la structure organisationnelle sur la base des besoins opérationnels.

Veuillez trouver l’intégralité de l’étude — en anglais — en cliquant sur ce lien.

Source:: Global Security Mag

Text Widget

Aliquam ut tellus ligula. Nam blandit massa nec neque rutrum a euismod t ellus ultricies! Phasellus nulla tellus, fringilla quis tristique ornare, condi mentum non erat. Aliquam congue or nare varius.