Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Les banques ouvrent leur SI – A quoi faut-il s’attendre ?

Nous y sommes… Le premier rendez-vous important avec la DSP2 arrive ce 14 mars 2019, date à laquelle les APIs bancaires sont ouvertes aux Tiers de Paiement. Le moment opportun pour faire le point sur les travaux de conformité, à 6 mois de l’entrée en vigueur du RTS (Regulary Technical Standards).

Qu’est-ce que la DSP2 ?

Émise en abrogation de la première Directive sur les Services de Paiement, la DSP2 s’inscrit dans une politique globale de convergence vers un marché unique européen. Sa déclinaison en France est particulièrement attendue, au sein d’une concurrence des établissements financiers à la suite de l’avènement de la loi macron sur la mobilité bancaire.
De manière intrinsèque, la directive met en relief plusieurs cas d’usage dont deux principaux.

 » Je veux consulter l’état de mes comptes »

L’un des avantages des agrégateurs réside dans la consolidation des informations d’un client. L’agrégateur contacte par des canaux sécurisés les différentes banques du client pour obtenir les données à afficher. Dans cette cinématique, le client est authentifié, soit par sa banque via un mécanisme de redirection, soit suivant une  » approche embarquée » à l’initiative de l’agrégateur.

 » Je souhaite effectuer un paiement en ligne »

Les Tiers de Paiement (TPP) pourront en effet initier des paiements à la demande de leurs utilisateurs. Ces derniers reçoivent ensuite un élément de validation de la transaction, renvoyé à la banque par l’intermédiaire du TPP. L’approche est dite découplée.

La directive vise en outre une transformation en profondeur du Business Model bancaire, en mettant l’accent sur deux enjeux majeurs :

• L’ouverture du marché à de nouveaux acteurs de la FinTech Le client pourra bénéficier d’une offre de service plus large, avec des moyens de paiement rapides et à moindres coûts, une comparaison des frais appliqués par ses banques, une vision consolidée de ses comptes, des simulateurs budgétaires… Autour d’une concurrence saine et  » bien encadrée » entre les acteurs de la monétique.

• L’authentification forte et la sécurisation des communications
Le partage des données bancaires des clients (solde, historique des transactions…) nécessite une authentification tous les 90 jours et un consentement explicite. De plus, tout paiement d’un montant supérieur à 30 euros est assujetti à une authentification forte, en fournissant deux des trois critères suivants : ce que le client connaît (mot de passe…), ce que le client détient (smartphone, carte à puce…), et ce que le client est (données biométriques, structure osseuse du visage…). Pour chacun de ces traitements, les échanges entre les prestataires de services de paiement gestionnaires de comptes (ASPSP) et les nouveaux acteurs (TPP) doivent être sécurisés de bout en bout.

Grâce à l’exposition des ressources bancaires à travers des APIs, la totalité de l’offre de service est accessible aux agrégateurs (AISP), aux fournisseurs de cartes prépayées (CBPII) et aux initiateurs de paiement (PISP). Les groupes de travaux autour du STET, mandaté pour ériger un cadre d’échanges des parties prenantes de la DSP2 en France, ont permis de choisir le protocole OAuth2 qui répond aux exigences en matière d’authentification et d’autorisation des clients et des TPP.

 » On n’y arrivera difficilement… »

Les agrégateurs et initiateurs de paiement ont déjà débarqué sur le marché de la monétique en proposant des solutions innovantes mais basées sur le Web Scrapping des interfaces bancaires. Cette approche présente plusieurs limites : la maintenabilité, l’absence de garantie sur des critères fondamentaux de sécurité tels que l’intégrité des données et surtout la traçabilité.
Par la ratification de cette directive, l’Union Européenne aspire, en toute transparence vis-à-vis des acteurs historiques et des nouveaux acteurs (articles 38 – 60 de la directive), à enrichir l’expérience utilisateur et sollicite les métiers de la cybersécurité pour adresser les problématiques sous-jacentes.

En revanche, la mise en conformité au RTS implique d’importantes transformations qui, plus que jamais, font peur à tous les niveaux.

• La plupart des banques s’appuient encore sur des standards anciens. La migration vers un modèle basé sur les APIs bouleverse complètement leur fonctionnement actuel, sans parler des investissements lourds à consentir

• Les TPP ont perdu une bataille importante dans l’exploitation des zones d’ombre de la directive. L’intérêt de leurs applications se retrouve limité par la limitation de l’historique des transactions consultables à 90 jours

• L’exemption de procédures alternatives (fallback), dont bénéficient les banques en cas de provision d’un service complet et fiable, met en péril le fonctionnement des applications TPP en cas d’indisponibilité des APIs…

• Une barrière supplémentaire à laquelle les TPP se heurtent ! L’article 68 de la directive limite l’accès des initiateurs de paiement aux comptes de paiement, sachant que cette cible ne représente que 20% des comptes agrégés

• L’utilisateur s’authentifie et se ré-authentifie encore et encore… La durée maximale d’une session applicative est fixée à 90 jours, forçant ainsi l’utilisateur à s’authentifier de nouveau au-delà… cela peut être usant à la longue

• L’utilisateur va recevoir encore plus de notifications, notamment lorsqu’une transaction est supérieure à 30 euros (article 63)… une raison de plus qui pousse à croire que la directive n’a pas été pensée  » utilisateur »

Il est temps de réagir !

Le RGPD nous a appris que la mise en conformité était un exercice délicat. La date limite pour l’alignement à la DSP2 approche et les acteurs de la monnaie électronique ont besoin d’être accompagnés dans la stratégie de mise en conformité.

Experts en cybersécurité, à vos marques !

Bien que n’évoquant explicitement que l’authentification et la sécurisation des communications, la DSP2 implique un bon nombre d’acteurs de la sécurité.

Le data sharing, une véritable mine d’or pour les attaquants

C’est sûrement le maillon qui éveille le plus de craintes. Les cyberattaques connaissent chaque année une croissance à deux chiffres (+35% en 2017 selon iTPro). Une  » communication officielle » sur le partage des données client augmente le risque de voir ce nombre croître de manière significative.
Ajoutée à cela l’absence de volet réservé à la protection des données personnelles dans la directive. Le RTS redirige systématiquement vers le RGPD. Alors rapprochez-vous sans attendre des référents en la matière.

L’authentification au cœur de la directive

Une chose est sure, les passionnés d’IAM et de PKI ne vont surtout pas s’ennuyer… La directive positionne l’authentification comme pierre angulaire de la sécurisation des transactions :

• B2B par l’utilisation de certificats QWAC eIDAS pour l’authentification des TPP et QSealC eIDAS pour la signature des requêtes (consulter la documentation de l’ANSSI à ce propos)

• B2C pour s’assurer qu’on autorise l’accès à la bonne information, du bon utilisateur, au bon moment

L’authentification forte, elle, sera requise pour toute opération mettant en jeu l’engagement de l’utilisateur. Les plus sceptiques se demandent à coup sûr comment sera géré le  » Proof of possession » qui adresse in fine le risque de rejeu d’un jeton d’autorisation.

Une approche basée sur les risques…

La complexité de mise en œuvre oblige à qualifier les risques à chaque étape, impliquant des itérations permanentes et une granularité assez fine dans la priorisation des risques. Une coordination avec les architectes sécurité dès le départ permettra de minimiser les impacts mais cela n’annihile pas la nécessité de procéder à des analyses de risques et des audits de conformité.

Conclusion

Annoncée comme le moteur de la révolution digitale des banques, on se demande de plus en plus si la DSP2 ne constituerait pas plutôt un frein pour les FinTechs et leur plus-value en termes de  » User Experience ». Elle aura au moins permis de prendre conscience des limites du modèle actuel et de repenser l’utilisation des données client. Les acteurs de la monnaie électronique semblent en définitive loin de remplir tous les critères imposés par l’Union Européenne, notamment en termes de sécurité : on va sans doute assister à une immersion  » DSP2 » dans les mois à venir !

Source:: Global Security Mag

Intrusio

Trop curieux pour ne pas le faire, trop honnête pour ne pas le dire.