Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Les banques belges refuseront bientôt Windows XP pour les opérations en ligne

Plusieurs banques préviennent que les services bancaires effectués par internet risquent d’être moins sûrs dans les prochains mois.

La raison ?
Microsoft ne met plus à jour les systèmes de sécurité de Windows XP depuis le 8 avril 2014, plus de 600.00 ordinateurs seraient concernés.

Ce qui en fera une cible de choix pour les pirates informatiques en tout genre.

De quoi pousser les banques à conseiller vivement à leurs clients de changer de système, car il ne sera bientôt plus accepté pour effectuer des mouvements bancaires, au plus tard le 31/03/2015

KBC et Argenta ont déjà envoyé un courrier à leurs clients pour les prévenir.
Belfius est en passe de le faire et BNP Paribas suit le mouvement.

 » Près de 600.000 PC seraient encore sur Windows XP, sans compter les 100.000 PC qui ne sont pas branchés à internet précise Eddy Willems, cyber spécialiste et porte-parole de la compagnie d’antivirus G Data.

Microsoft annonce pour sa part un outil gratuit permettant de convertir les fichiers (données et paramètres) d’une machine XP vers Windows 7 ou supérieur, et ce, sur le même ordinateur ou non.

Une sorte d’ultimatum ?

Cette mise en garde offusque certains utilisateurs qui la ressentent comme un ultimatum.

Il faudra donc, acquérir non seulement un nouvel OS, mais aussi, fort probablement, un nouvel ordinateur.

Car migrer depuis l’environnement XP vers Windows 7 ou 8 sans remplacer les machines sera difficile si les PC affichent plus de 5 ans au compteur, le surcoût variera alors de 350 à 1.000 euros.

L’utilisateur ne doit pas être le maillon faible.

Pour cet ancien employé de Fortis aujourd’hui retraité, les mesures de sécurité bancaire placées au-dessus du système d’exploitation lors des transactions de PC Banking suffiraient à se protéger contre les malwares.

Par le biais de sites sécurisés, d’un Digipass et de codes secrets.

Autre son de cloche chez Febelfin, qui représente le secteur bancaire.

Le porte-parole Rodolphe de Pierpont, a déclaré qu’il n’existe aucune date officielle de suppression de Windows XP dans l’environnement bancaire:

 » Chaque banque détermine son niveau de sécurité en fonction de sa clientèle et de sa politique concurrentielle.
Mais il s’agit de la sécurité globale des transactions.

La sécurité doit jouer à tous les niveaux et donc aussi au niveau du système d’exploitation, l’utilisateur ne doit pas être le maillon faible de la sécurité bancaire.

XP fait toujours de la résistance

Windows XP (qui à 13 ans) a été conçu en 1998 et commercialisé en 2001 alors qu’internet n’était pas encore la machine à pirater qu’il est aujourd’hui.

Et depuis le 8 avril, il n’y a plus de mise à jour ni, surtout, de correctifs de sécurité.

Les constructeurs de nouvelles imprimantes peuvent ainsi ne plus proposer les pilotes pour Windows XP, et c’est exactement la même chose pour Office 2003.

Ce vieux Windows XP commence à quitter nos PC.

En quelques mois, son taux d’utilisation dans le monde a chuté à près de 15% de l’ensemble des OS, voire moins de 10% dans certains pays d’Europe.

Si Microsoft assume la fin du support gratuit de son ancien système d’exploitation, elle continue à assurer un support payant pour les entreprises qui le désirent.

Nous avions prévenu le marché depuis déjà 5 ans, insiste Jean-Benoit Van Bunnen responsable de Windows Chez Microsoft Belgique, mais des entreprises et des services publics peuvent encore avoir accès à ce que l’on appelle un ‘custom services agreement’ de maintenance personnalisée.

Ce support n’a pourtant qu’une durée déterminée et a pour vocation de faciliter la période de migration vers un OS actuel.  »

Pour le représentant de Microsoft, les banques doivent faire face à une problématique particulière:

 » Les organismes financiers doivent supporter une myriade de combinaisons de systèmes d’exploitation et de navigateurs.

Le nombre de combinaisons est considérable et il suffit d’une faille sur un navigateur spécifique pour fragiliser l’ensemble. Pour les banques, la maintenance informatique devient très difficile.

Les antivirus poursuivent le combat.

Sorte de victimes collatérales de la fin du support de Microsoft, les éditeurs d’antivirus sont, eux, obligés d’apporter une protection aussi efficace que possible, quelle que soit la plate-forme logicielle utilisée par le client.

C’est ainsi que, comme d’autres, Bitdefender prolonge son support antimalware pour les utilisateurs de Windows XP.

Les développements pour cette antique version dureront jusqu’à 32 mois après la fin du support de Microsoft pour XP (SP3) et Office 2003, c’est-à-dire jusqu’en janvier 2016 pour les particuliers et janvier 2017 pour les professionnels. Cela pourrait même continuer après cette limite dit-on chez BitDefender:

 » Nous envisageons, le cas échéant, de prolonger le support après ces dates, en fonction de la situation du marché.

PETITE ASTUCE:

Voici une astuce pour faire croire à Fortis que vous avez une nouvelle machine, en gadant votre XP.

– Utiliser un navigateur récent comme google chrome sur votre XP, que l’on peut télécharger gratuitement.
– Installez y l’extension gratuite : User-Agent Switcher .
– Il vous suffit de choisir l’agent ‘Chrome on Widows

Le Pc Banking est content, et vous avez économisé une nouvelle machine.

Ceci dit avec un vieux PC, utilisez un navigateur et un anti-virus reste d’actualité pour éviter les pirates!

Voir aussi:
(RAPPEL) Microsoft abandonne le support de Windows XP et office 2003 le 8 avril 2014

secunews.org: Conseille à tous les utilisateurs de s’assurer qu’ils disposent sur leur ordinateur d’un antivirus configuré pour se mettre à jour automatiquement et fréquemment, des derniers correctifs de sécurité diffusés,d’un logiciel pare-feu,éviter le plus possible les sites Web inconnus ou peu recommandables et de vous méfiez des mails reçus de provenance inconnue afin d’empêcher que vos PC ou vos appareils mobile ne deviennent un élément d’un réseau de zombie (botnet)

Source:: SecuNews

Text Widget

Aliquam ut tellus ligula. Nam blandit massa nec neque rutrum a euismod t ellus ultricies! Phasellus nulla tellus, fringilla quis tristique ornare, condi mentum non erat. Aliquam congue or nare varius.