Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Europe vs. chiffrement : il ne faut pas affaiblir le chiffrement, selon Kaspersky Lab

La Commission Européenne préparerait actuellement un ensemble de mesures visant à s’attaquer au chiffrement. En ligne de mire, les applications de messagerie chiffrée, de type WhatsApp, qui représentent un défi pour le travail des forces de l’ordre.

• Quelle protection offre le chiffrement ? Est-ce vraiment une technologie inviolable ?

• Faut-il affaiblir le chiffrement de bout-en-bout ?

• Autorités vs. criminels vs. utilisateurs : quel équilibre ?

Pour Tanguy de Coatpont, directeur général de Kaspersky Lab France, les inconvénients qu’entrainerait un affaiblissement du chiffrement surpassent de loin les bénéfices. Il explique :  » Il est dangereux de mettre en opposition le droit de chacun au respect de sa vie privée et la sécurité des citoyens au sens large. Le chiffrement rend une partie du Web inaccessible à celui qui n’est pas autorisé à la consulter, et donc incontrôlable. C’est vrai pour la police, mais également pour les espions, les criminels et même le propriétaire des données lui-même s’il oublie le code de déchiffrement par exemple. Pour autant, cela ne signifie pas que les autorités soient impuissantes.

Prenons l’exemple d’un téléphone chiffré. Sans clé, son contenu et la teneur des messages envoyés ou reçus sont inaccessibles. Mais il reste possible de savoir grâce aux données dont disposent les opérateurs avec quels numéros de téléphone il correspond, à quelles bornes il s’est connecté, voire même les sites qui ont été consultés. Si le détenteur du téléphone utilise un compte Google ou un réseau social, les données qu’il est possible de récupérer restent nombreuses.

Qu’ils le sachent ou non, des milliards de consommateurs utilisent une ou plusieurs technologies qui chiffrent leurs informations de bout en bout. Proposer des mesures qui les affaibliraient, c’est prendre le risque de créer une protection de la vie privée à deux vitesses, qui profiterait à une minorité d’utilisateurs expérimentés capables de pallier les failles avec des technologies plus complexes. En chiffrant tout, et pour tous, les services de messagerie sécurisés ont raison. »

Source:: Global Security Mag

Intrusio

Trop curieux pour ne pas le faire, trop honnête pour ne pas le dire.