Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Enquête Netwrix : 32 % des organisations de santé stockent leurs données sensibles dans le cloud sans ressources nécessaires pour les protéger

-

Selon l’étude, davantage de données médicales seront stockées dans le cloud au cours des cinq prochaines années, malgré le manque de budget pour en assurer la sécurité.

Netwrix partage une infographie fondée sur les conclusions de son rapport mondial 2019 sur la sécurité des données dans le cloud pour le secteur de la santé. L’infographie fournit une vue d’ensemble des données que les organisations de santé stockent dans le cloud, de l’état de la sécurité de ces informations et de leurs projets concernant l’utilisation du cloud.

Le rapport 2019 de Netwrix sur la sécurité des données dans le cloud indique que 32 % des organisations de santé stockent un large éventail de données sensibles dans le cloud, y compris des informations médicales et des renseignements personnels identifiables des clients et des employés. De plus, la proportion de celles prêtes à adopter une approche centrée sur le cloud a augmenté de 31 % depuis 2018, et celles qui envisagent de se tourner entièrement vers le cloud a augmenté de 12 %. Malheureusement, leurs équipes IT pourraient ne pas disposer des ressources suffisantes pour protéger correctement ces données sensibles dans le cloud, puisque 85 % des entreprises n’ont pas augmenté leur budget alloué à la sécurité du cloud en 2019.

Il ressort également de cette étude que :

26 % des organisations de soins de santé ont connu au moins un incident de sécurité dans le cloud au cours des 12 derniers mois. Les victimes ont deux choses en commun : aucune d’entre elles n’ont classifié leurs données stockées dans le cloud, et toutes migrent l’ensemble de leurs données sensibles dans le cloud ;

La majorité des équipes IT des organismes de santé prévoient de renforcer la sécurité des données dans le cloud en chiffrant les données (70 %), et en surveillant leur utilisation (50 %). Toutefois, un tiers d’entre elles ne reçoivent aucun soutien financier de leur direction, ce qui leur complique la tâche pour améliorer la sécurité dans le cloud ;

18 % envisageraient de transférer leurs données du cloud vers les sites. Leurs principales motivations sont les préoccupations relatives à la sécurité (56 %), les problèmes de fiabilité et de performance (22 %) et les coûts élevés (22 %) du cloud. Si elles décident de le faire, elles commenceront par migrer les informations relatives aux soins de santé (33 %), aux clients (33 %) et aux employés (11 %).

Source:: Global Security Mag

Text Widget

Aliquam ut tellus ligula. Nam blandit massa nec neque rutrum a euismod t ellus ultricies! Phasellus nulla tellus, fringilla quis tristique ornare, condi mentum non erat. Aliquam congue or nare varius.