Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Daniela Perlmutter, et Albert Anconina, CyberInt : une bonne protection repose sur une technologie, des hommes et une expertise opérationnelle

Cyberint a renforcé sa plateforme de cybersécurité en élargissant son spectre de protection au Cloud, aux menaces en provenance des sous-traitants, en scannant tous els Assets et en permettant de remonter à la source des attaques. Fort de ses nouveaux modules, Cyberint va s’attaquer au marché français en prenant des bureaux à Paris dans les prochaines semaines. Daniela Perlmutter, VP Marketing et Albert Anconina, Business Development de CyberInt considèrent qu’une bonne protection repose sur une trilogie : une solution technologique, des hommes et une expertise opérationnelle.


GS Mag : Depuis 2017 comment a évolué votre plateforme de Cyberintelligence ?

Daniela Perlmutter et Albert Anconina : Depuis 2017, nous avons ajouté de nouvelles fonctionnalités à notre plateforme Argos. Nous vous rappelons qu’initialement, notre plateforme ne faisait que scanner le dark et deep web. Nous avons pris conscience qu’il fallait aller plus loin. En effet, nos clients souhaitaient avoir plus d’informations quant à leur présence digitale sur le web. Notre solution sert en fait pour le B to C même si elle est vendue à des entreprises. En effet, les clients finaux de ses entreprises surveillent la réputation de leurs fournisseurs. De plus, les entreprises migrent vers le cloud et travaillent donc de plus en plus dans un environnement hybride. Le Cloud provoque de nouvelles surfaces d’attaques et de nouvelles failles de sécurité comme dans l’exemple de Capital One où il y a eu un problème de stockage à cause d’un S3 (Service de stockage d’Amazon pour stocker des données). Suite à ce changement, nous avons découvert que de plus en plus d’entreprises avaient des problèmes similaires de mauvaises configurations sur le Cloud.

Suite à ces observations nous avons donc lancé quatre nouveaux modules à notre solution Argos. Le premier permet de prendre en compte les menaces en provenance du Cloud et de ces applications dédiées.
Le second module,  » Cyberscore », se focalise sur les menaces qui pourraient provenir de fournisseur tiers et sous-traitants. Ce dernier va scanner plusieurs éventuelles vulnérabilités du fournisseur en question et donner un score a ce dernier. Cet outil aurait d’ailleurs évité une grosse fuite de données à British Airways. Les pirates russes de Magecart avaient alors injecté un code Java Script qui permettait à chaque transaction de récupérer toutes les informations des clients (numéro de carte, nom, prénom).

Notre troisième nouveau module  » MDP » permet de scanner tous les assets d’une grande entreprise (domaines, sous-domaines, adresse IP, assets relatifs au Cloud, URL, etc.) Puis après avoir découvert tous ces assets la solution MDP se chargera de les surveiller et de les contrôler d’une manière proactive et constante pour éviter des données fuitées, des ports ou interfaces ouvertes au public, ou encore des mauvaises configurations d’emails… tous ces problèmes constituent des porte d’entrée pour n’importe quel hacker débutant.

Enfin, nous avons aussi ajouté un quatrième module appelé  » Forensics Canvas » qui sert à détecter de façon automatique le contexte de chaque menace afin de trouver sa source jusqu’au nom et prénom de l’attaquant.

A toutes ses fonctionnalités s’ajoutent nos services de cybersécurité. En effet, notre business modèle repose sur la combinaison de produits et services. Ces derniers permettent aux RSSI d’obtenir des informations supplémentaires sur certaines menaces dans la mesure où nos analystes valident manuellement chaque information issue de la plateforme. Ces dernières nécessiteront plus ou moins urgemment des actions de remédiation.

Enfin, tout dernièrement, nous avons lancé un SOC Management Services dédié aux entreprises qui ont une maturité moyenne dans le domaine de la cybersécurité.

GS Mag : vous aviez débuté vos activités en France, où en êtes-vous aujourd’hui ?

Daniela Perlmutter et Albert Anconina : Nous allons travailler à la fois en direct et via des intégrateurs. Nous sommes en pourparlers avec un intégrateur. Nous avons aussi un revendeur en France. Nous avons de nombreuses opportunités en particulier dans le domaine de la grande distribution et de la finance. Nous pensons prendre un bureau en France prochainement rue du Colisée à Paris.

GS Mag : Quelle est votre stratégie marketing ?

Daniela Perlmutter et Albert Anconina : Nous nous focalisons sur trois secteurs la distribution, la banque-assurance et les médias en ligne comme le jeu en ligne. En effet, ces groupes réalisent une grande partie de leur business en ligne et ont donc besoin de bénéficier d’informations précisent sur leur image sur le web, mais aussi de mieux se protéger des menaces.
Nous ciblons plutôt les grands groupes cotés en bourse. Pour cela nous passons par un réseau d’intégrateurs et de revendeurs.

GS Mag : Quel est votre message à nos lecteurs ?

Daniela Perlmutter et Albert Anconina : Recherchez un partenaire de confiance, spécialiste de la Cybersécurité qui vous accompagne sur vos réels besoins et focalisez-vous sur votre business.

Source:: Global Security Mag

Text Widget

Aliquam ut tellus ligula. Nam blandit massa nec neque rutrum a euismod t ellus ultricies! Phasellus nulla tellus, fringilla quis tristique ornare, condi mentum non erat. Aliquam congue or nare varius.